Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/02/2011

DES MAINS ET DES PLUMES

 

Ces victoires remportées (deux premières manches qui viennent rappeler que le chemin sera long et pas encore écrit) ne sont pas celles d’un parti de quelque couleur qu’il soit, ni d’une quelconque organisation ou association, comme « on » aimerait le faire penser.

Ces victoires sont multicolores…

Il s’agit avant tout d’un réveil, je dirai même d’un sursaut  d’un petit bout d’humanité…Ces victoires sont le fait de petits grains de sable, nommés citoyen(e)s, conscients d’avoir cédé inexorablement du terrain, d’avoir lâché  progressivement la « polis », la cité et sa gestion…

Refusant néanmoins cet état de fait, cette mise en avant forcée devant le forfait accompli. Désireux que les lois qui fondent notre pays ne soient pas bafouées.

 

Que l’ «on» cesse de dire qu'une plume, qu’un personnage, qu’une étiquette, serait derrière nous. Des plumes, il y en a eu beaucoup…


 

Elles ont des visages, des pensées, des sentiments, des sympathies multiples. Ces référés ont été écrits par des mains, douces, fines, calleuses, rugueuses, patinées, grandes et petites. Ces plumes ont la forme de celles et ceux qui ont arpenté, plan de sauvegarde de l’Ecusson à la main, cette magnifique boucle verte de nos boulevards, afin de procéder au décompte précis des arbres existants, abattus, ou devant être plantés.  Elles se cachent derrière ces photographies, nombreuses, relevant les traces des méfaits que nous avons pu ainsi présentés au tribunal…

Prises de notes incessantes, conseils oraux, envoi de liens, de pistes, de références juridiques, de textes explicatifs, issus de recherches internet, des un(e)s et des autres, d’ici, de Nîmes, et d’ailleurs, des proches qui suivent l’affaire mais qui ne sont pas sur place…

 

Mobilisation avant tout citoyenne, où progressivement chacune, chacun, apprend à se connaître, à se reconnaître, comme être agissant, capable de transformation. Capable de générer une énergie créatrice humaniste face à la dynamique actuelle, tendant, celle-ci, armée d’une technologie de plus en plus sophistiquée, irrémédiablement vers la destruction. Quelques heures suffisent à abattre des arbres centenaires, quelques heures suffisent à meurtrir à jamais le sol. Tronçonnant branches et troncs dans un bruit assourdissant. Enfonçant pilons d’acier énormes dans la terre afin de retirer souches et racines, afin d’effacer toute trace de vivant…

 

Face à l’agressivité sans cesse renouvelée, où les bûcherons devenus des techno hommes,  passent en force, saignant l’arbre à sa base, et signant ainsi son arrêt de mort... Où la police, nombreuse nous lâche les chiens, nous traîne et nous entraîne sur le sol…

Information, pétitions à faire signer, distributions de tracts, créations artistiques autour des arbres à sauver… Corps à corps permanents avec les autres qui rentrent dans la danse.

Rondes de jour, rondes de nuit dans un demi sommeil, dans le froid nocturne, dans le bruit des machines à nettoyer inlassablement le bitume de nos rues… Petits personnages à vélo, en voiture, à pieds, qui discutent et débattent, devenus petit à petit ronde musicale passant de la cacophonie à une certaine harmonie radieuse…

Paroles revenue, libérée… Mélodie humaine…

 

Citoyennes, citoyens, qui pensent encore qu’un monde meilleur est possible, des utopistes, me direz-vous, des réalistes, je vous répondrai ; car si on met tous les faits bout à bout, nous courons, il faut bien le dire, à la catastrophe. Et avant de foncer droit dans le mur, il serait temps de reprendre le gouvernail de ce radeau à la dérive…

 

De nombreuses citoyennes, de nombreux citoyens, de Nîmes, mais avant tout habitants de la planète sont sortis de leur isolement, de cette torpeur artificielle alimentée quotidiennement…

Etres ressentant, êtres sensibles, qui éprouvent, ressentent une histoire commune avec ces grands Hommes que sont ces arbres, témoins à la fois de notre Passé et de notre Présent. Lesquels nous survivront sans doute encore bien des années, si nous le leur permettons.

Nous rappelant ainsi ce qui nous relie les un(e)s les autres, et notre passage éphémère sur cette terre. Terre nourricière que nous avons comme devoir de protéger, de respecter, et non de posséder, si nous voulons laisser, transmettre à nos enfants, petits-enfants… la beauté et la joie du vivant.

Chaîne de transmission à l’image de cette fameuse «ligne verte», cette couronne d’arbres qui se donnent la main dans la ville de Nîmes…

Arbres faisant partie d’un Tout, nous permettant de prendre racines, nous rappelant que nous sommes partie intégrante de cette terre dont nous sommes, en toute humilité, les gardiens…

 

Arbres aux palabres incessants, jours et nuits, trois semaines durant…

Merci à vous, vieux compagnons de route, de boulevards, devrais- je dire…

Seuls esprits qui ont, en définitive, inspiré nos plumes musicales et multicolores…

 

Sophie

 

Les commentaires sont fermés.